Comédie chorégraphique – 1 acte (2002)

Durée 1h15

Distribution 8 Femmes - 8 Hommes

Style général une comédie qui se déroule dans les coulisses d’un opéra de province et qui pourrait être une fable mettant en évidence le besoin de gloire et de reconnaissance de sans-grades frustrés et traités comme des moins que rien : des figurants. Scènes entrecoupées de 18 chorégraphies à la façon « comédie musicale ». Une comédie souriante et colorée.
PS : la pièce peut se jouer sans les chorégraphies.

Argument l’action se déroule dans la salle de repos, à l’arrière des coulisses d’une salle de spectacle de province. C’est l’avant-première d’un opéra « avant-gardiste », déjanté et la salle est bourrée de journalistes et de critiques. Le spectacle est en cours et, régulièrement, les comédiens qui ne sont pas en scène viennent se reposer dans la salle prévue à cet effet. Les premiers personnages à revenir de scène sont trois figurants, légionnaires romains, dont la tâche consiste à compléter le décor entre les palmiers en fond de scène. Ils discutent de leur condition et des frustrations quotidiennes qu’ils subissent. D’autres personnes vont et viennent dans les coulisses, metteur en scène, régisseur, habilleuse, etc … ainsi que les Petits Rats. Un des figurants rêve lui aussi de gloire et de grands rôles au point d’être convaincu d’avoir du talent. La preuve : il a remplacé plusieurs fois le ténor en répétition. De plus, il est amoureux. C’est ainsi que, petit à petit, les trois légionnaires vont monter un coup pour éliminer le ténor et … Vont-ils y parvenir avant le 3ème acte ? Le rebondissement final est cruel et symptomatique de la relation entre un public et la notion de vedettariat.

Personnages Emile, figurant amoureux ; Marcel, figurant rebelle ; Louis, figurant philosophe ; Guitou, costumier ; Régis, régisseur ; Charles, metteur en scène ; Jean, pompier de service ; Edouard, Ténor ; Florence, jeune esclave ; Huguette, cantatrice ; Lucille, habilleuse ; Doc, médecin (H ou F) ; Danielle, comédienne ; Monique, comédienne ; 2 Petits Rats.

Decor un seul, assez dépouillé comme peut l’être une arrière salle d’un théâtre, un banc, un fauteuil, deux chaises, un tabouret, un espace boisson (café, eau, …), un porte-manteau, des affiches de spectacles, un tableau d’affichage avec annotations diverses (dates de répétitions par exemple …)

Costumes très colorés, empereur romain, esclave, légionnaires avec boucliers et lances, accessoires divers, toges, casques, etc.

Musiques de deux types :
- Ambiance : opéra, au choix
- Chorégraphies : musiques contemporaines entrainantes, très swing ou Boogie, au choix.

Mise en scène : jouer la crédibilité et surtout le travail collectif (en 2ème partie) afin de plonger le spectateur dans les coulisses d’un grand spectacle d’opéra.

Chorégraphies courtes (de 20 à 90 secondes). Un chorégraphe est souhaitable pour la mise en scène.

Lumières essentiellement deux ambiances très différentes :
- Scènes jouées : plein feu et pointage quand nécessaire
- Chorégraphies : ambiance spécifique entièrement différente des scènes jouées, beaucoup de couleurs.

ESTIVADES INTERNATIONALES 2003

Haut de page

Quelques photos du spectacle

Haut de page

Téléchargement

Téléchargez maintenant le texte de cette pièce

Haut de page

Le principe de protection du droit d’auteur

Le principe de la protection du droit d'auteur est posé par l'article L.111-1 du code de la propriété intellectuelle (CPI) "L'auteur d'une œuvre de l'esprit jouit sur cette œuvre, du seul fait de sa création d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous. Ce droit comporte des attributs d'ordre intellectuel et moral ainsi que des attributs d'ordre patrimonial". L'ensemble de ces droits figure dans la première partie du code de la propriété intellectuelle qui codifie les lois du 11 mars 1957 et du 3 juillet 1985.

Toute violation du droit d'auteur qui constitue un acte de contrefaçon est réalisée par la violation du droit moral de l'auteur (par exemple atteinte au droit de divulgation ou de paternité de l'auteur, atteinte au droit au respect de l'œuvre) ; la violation de ses droits patrimoniaux (reproduction et/ou représentation intégrale ou partielle de l'œuvre sans autorisation de l'auteur).

Haut de page